Pratiques exemplaires pour un Urbanisme plus soutenable

Green Light for Midtown : à New York, la révolution piétonne est en marche

Imaginez : à New York, au centre de Manhattan, les voitures ralentissent et cèdent de larges espaces aux piétons, qui se les approprient avec enthousiasme. De la science-fiction ? Pas du tout, cette révolution urbaine est bien réelle : elle a pour nom de code "Green Light for Midtown" et pour chef d'orchestre le DOT NYC (Département des Transports de New York City). Depuis 2009, ce projet a permis d'améliorer la convivialité et l'attractivité de Times Square, la "vitrine" de New York, tout en luttant efficacement contre l'insécurité routière.

L'une des places aménagées dans le cadre de Green Light for Midtown - © DOT NYC

En 2006, rien ne va plus à Times Square

Le constat est sans appel : Times Square, l'une des intersections les plus fréquentées au monde par des piétons (des millions chaque jour), a été livré en pâture aux voitures. Ce diagnostic, c'est PPS (Project for Public Spaces, une organisation à but non lucratif reconnue à l'international pour son expertise en matière d'espace public) qui le pose dès 2006. Réalisée à la demande de Times Square Alliance (en charge du développement économique et de l'attractivité du quartier), cette étude avait pour but d'initier une réflexion sur les devenirs possibles de Times Square en tant qu'espace public.

Times Square : l'espace routier largement dominant avant le projet - © DOT NYC

En effet, les larges avenues qui entourent Times Square débordent de voitures, dont les excès de vitesse rendent le secteur particulièrement accidentogène pour les autres usagers, comme en atteste le schéma ci-dessous (la taille des ronds rouge est proportionnelle / source DOT NYC).
Le nombre d'accidents impliquant des piétons et survenus à Times Square dépasse ainsi de 137% la moyenne constatée à Midtown (centre de Manhattan)1.

Localisation des accidents impliquant des piétons à Midtown - © DOT NYC

Le problème est similaire à Union Square, un peu plus au sud : mêmes enjeux, mêmes protagonistes.

Union Square : traversées dangereuses avant réaménagement - © DOT NYC

La présence de l'avenue Broadway renforce ces problématiques puisque le tracé de cette voie historique perturbe la trame urbaine orthogonale de Manhattan (avenues nord-sud et est-ouest rectilignes), venant créer des intersections complexes à multiples ramifications (voir carte ci-dessous, issue du dossier du projet Green Light publié par le DOT). Sans surprise, les statistiques de sécurité routière sont très mauvaises pour ces intersections, démontrant que les accidents y sont plus nombreux qu'ailleurs dans Midtown 2.

La diagonale de Broadway (en rouge) à travers la trame urbaine orthogonale de Manhattan - © DOT NYC

En résumé, l'étude menée par PPS auprès des usagers a mis en relief ces problématiques :
trottoirs peu avenants et trop étroits pour pouvoir offrir une circulation fluide aux piétons ;
traversées dangereuses : les feux tricolores ont une durée trop courte pour permettre aux piétons de traverser ces larges avenues ;
manque d'aménités du "square" ("place" en anglais) selon les usagers, qui ne permet pas de s'installer pour se reposer, discuter en groupe, manger un sandwich, préparer ses visites… PPS met d'ailleurs en évidence que seulement 45% des usagers de Times Square sont des femmes, tandis qu'elles sont au moins 60% (moyenne constatée) quand un lieu est accueillant ;
manque d'espaces libres, ou du moins évolutifs, pour l'accueil d'événements, d'animations ponctuelles…

En 2006, la municipalité juge que cette situation est indigne de la "vitrine" internationale que constitue Times Square pour la Grosse Pomme3. Portés par cette nouvelle vision politique, plusieurs acteurs dont le DOT, Times Square Alliance et Project for Public Spaces se sont mobilisés pour que cette célèbre intersection soit réaménagée en tenant compte des usages variés qui s'y pratiquent.
Un consensus relativement nouveau, si l'on considère que PPS milite depuis 30 ans pour faire émerger ce type d'approche, qui place l'humain au cœur de la réflexion urbaine.

[Retour haut de page]

"Green Light for Midtown" : un projet évolutif pour transformer en douceur le centre de Manhattan

Dès 2009, le DOT lance le projet "Green Light for Midtown" (nommé en référence aux feux tricolores qui allaient être reprogrammés pour assurer une meilleure sécurité aux piétons).

Principaux objectifs :

Sécurité : réduire au maximum le risque d'accident de la route sur Broadway, qui se distingue par de très mauvaises statistiques (voir plus haut) ;
Fluidifier la circulation routière ;
Attractivité et identité : faire de Times Square (et du centre de Manhattan en général) une "vitrine" valorisante de New York, toujours animée, accessible à tous les usagers (piétons et cyclistes inclus) et non plus un espace abandonné aux voitures ;
Convivialité : aménagement un lieu public propice aux rencontres et au lien social (le Maire s'est en effet engagé à ce que chaque quartier de New York soit équipé d'une telle place).

Périmètre du projet

Times Square constitue l'un des territoires d'intervention du projet, qui concerne plus largement plusieurs intersections problématiques le long de l'avenue Broadway (depuis Columbus Circle, au nord, jusqu'à Union Square, au sud). Green Light for Midtown a en effet été conçu comme une intervention globale sur le centre de Manhattan ("Midtown").

Programme et aménagements réalisés :

En 2009, ce projet constitue une expérience inédite à New York, notamment du fait de l'envergure des transformations prévues. Rien qu'à Times Square, 5 blocks accueillent de nouveaux espaces piétons, sur un peu moins de 6000 m². Il s'agit quasiment de doubler le total de surfaces piétonnes du quartier 4.
De plus, la ville a fait le pari audacieux de piétonniser deux tronçons de Broadway et de réorganiser complètement les flux de circulation automobile au cœur de Midtown. Bien sûr, le DOT a pris soin d'étudier finement les questions de circulation en amont : simulation du trafic, des impacts attendus au vu des modifications proposées…

  • Aménagement réalisés :
  • Nouvelles places conçues pour faciliter les usages observés lors du diagnostic et favorables à la convivialité (discussions en groupes, attente, photos, repos…), moyennant l'implantation de mobilier urbain adapté ;

    Times Square Avant/Après : des pans entiers de Broadway sont transformés en places aménagées pour les piétons - © DOT NYC

    Herald Square Avant/Après : place aux espaces publics (places, mobilier, plantes...) - © DOT NYC

    • Elargissement des trottoirs et formalisation d'une "voie rapide piétonne" à Times Square (peinte en bleu directement sur la chaussée, pour permettre aux plus pressés de se dégager des "embouteillages" piétons) ;

    Voie rapide piétonne (en bleu) pour tester l'hypothèse de trottoirs élargis - © TerriStorias

    Sécurisation des longues traversées piétonnes pour limiter les risques d'accidents, en combinant plusieurs actions : allongement de la durée des "feux verts piétons" ; élargissement des bandes blanches qui composent les passages piétons ; clarification des parcours sécurisés pour éviter que les piétons ne traversent en zigzag…

    Colombus Circle : importance réaffirmée des traversées piétonnes avec Green Light for Midtown - © DOT NYC

    Végétal : installation de grands bacs contenant des arbustes et autres plantes sur chaque place ou trottoir aménagé, pour commencer à apporter du végétal dans ces espaces à dominante minérale.

    Union Square : apport de végétal sur les places mais aussi sur les bords de route - © TerriStorias

  • Phasage :
  • Ce projet se distingue également par un phasage très rapide pour une opération d'un tel impact en centre-ville : entre l'annonce officielle de son lancement fin février 2009 et l'ouverture au public des aménagements fin août 2009, il ne s'est passé que 6 mois. Une rapidité liée à l'approche évolutive novatrice employée (détaillée plus loin au chapitre "Point forts").

    [Retour haut de page]

    Points forts du projet / Innovations
    Concept "Low cost, high impact " : un bon projet n'est pas nécessairement coûteux

    Mesurant bien la complexité d'intervenir dans un lieu aussi fréquenté que Times Square, le DOT a opté pour une approche évolutive, inspirée par de récents projets à succès tels que Meatpacking Plaza et Dumbo Plaza à New York (projets initiés par des groupements d'habitants et de commerçants).

    DUMBO Plaza Avant/Après : création d'une placette aménagée en remplacement de quelques places de parking - © DOT NYC

    Le nouveau visage de Times Square a donc tout d'abord été testé "grandeur nature", avec peu de moyens :
    • délimitation des espaces piétons avec de la peinture
    • mobilier temporaire
    • arbustes plantés dans des pots géants (mise en place beaucoup plus rapide qu'une plantation en pleine terre)

    Ceci afin de se donner le temps d'évaluer les résultats, et de déterminer si l'aménagement devait être pérennisé en l'état, amélioré, ou éventuellement abandonné.

    Les usages au cœur du projet

    Tous les aménagements réalisés à Times Square correspondent à des besoins identifiés lors du diagnostic, grâce à une observation fine des usages et des manques. De ce fait, les nouveaux aménagements et mobiliers bénéficient d'une très forte appropriation par les usagers.

    [Retour haut de page]

    Essai transformé : l'aménagement provisoire devient permanent

    Le 11 février 2010, au vu des bons résultats obtenus par le projet, le Maire de New York décide de valider l'expérience et de pérenniser les aménagements réalisés dans le cadre de "Green Light for Midtown". En effet, une évaluation réalisée par le DOT avant et après la transformation a permis d'établir que :

    Aspects liés à la sécurité routière et la mobilité dans Midtown (source : DOT) :
    • Accidents de la route ayant blessé des conducteurs ou passagers : en baisse de 63%
    • Accidents de la route ayant blessé des piétons : en baisse de 35%
    • Les piétons prennent moins le risque de marcher sur la chaussée (en particulier sur la 7e Avenue, où ce phénomène a été réduit de 80%)
    • Aucun impact négatif majeur sur la circulation automobile n'a été relevé par le DOT. Au contraire, les GPS des taxis new yorkais témoignent d'un gain de vitesse sur la majorité des trajets passant par Midtown (jusqu'à 17% pour certains trajets en direction du nord de Manhattan) ;
    Aspects liés à l'attractivité du lieu :
    • Le nouveau visage du centre de Manhattan plaît aux piétons : leur présence a en effet augmenté (+11%) sur Broadway et la 7e Avenue suite aux réaménagements (source : DOT)
    • 76% des new-yorkais souhaitent que les aménagements temporaires réalisés à Times Square soient pérennisés (source TSA)
    • Le nombre de personnes qui restent un moment à Times Square et Herald Square (par opposition à une simple traversée sans arrêt, que ce soit pour lire, discuter en groupe, manger, prendre des photos…) a augmenté de 84% ;
    • Actifs : 74% des personnes qui travaillent à Times Square sont "satisfaites de leur expérience dans ce lieu", contre 43% précédemment (source TSA) ;
    • La fréquentation des commerces alentour a augmenté (source : TSA).
    Et après ?

    Convaincues par les résultats très positifs des aménagements temporaires de "Green Light for Midtown", la Ville de New York et TSA ont lancé dès l'automne 2010 la phase de conception des aménagements permanents. Une équipe de concepteurs a été engagée dans ce but, menée par l'agence norvégienne SNOHETTA. Les travaux étaient prévus à partir de l'été 2012.

    [Retour haut de page]

    Focus sur un acteur-clé : Project for Public Spaces, ou l'art du placemaking

    Le projet Green Light for Midtown ne fait pas exception à la règle des grands projets urbains : il a fallu l'engagement et l'inventivité de nombreux artisans du changement pour créer les conditions favorables à l'avènement d'un tel projet au cœur de New York.

    C'est notamment le cas de PPS, une organisation new-yorkaise reconnue à l'international, qui se consacre depuis 30 ans au Placemaking. Mais de quoi s'agit-il ?

    Depuis 30 ans, promouvoir la "ville conviviale" est leur métier

    Rencontrés dans leurs bureaux de NYC, ont bien voulu nous en dire plus sur leur participation à la renaissance de Times Square, mais aussi sur leur longue expérience en matière de conception d'espaces publics.

    Page d'accueil de leur site Internet - © PPS

    PPS défend une approche interactive de l'urbanisme, qui permette des allers-retours permanents entre l'ingénierie, le design urbain et les usages réels du lieu. Le diagnostic et le projet sont ainsi toujours imbriqués, chaque participant amenant sa pierre au futur aménagement.

    Pour cerner au mieux les usages actuels et les attentes des usagers, il est essentiel pour PPS de générer une forte participation par tous les moyens :
    • Organisation d'ateliers de design
    • Porte à porte (ex : chez lez commerçants implantés autour de Meatpacking Plaza, quartier très actif)
    Crowdsourcing : outil de participation sur Internet
    • Etc.

    Parmi leurs outils :

    1) The power of 10 : PPS utilise ce cadre de réflexion pour aider les participants à se projeter concrètement dans l'avenir du lieu sur lequel porte l'atelier de design. Ils leur demandent par exemple de :
    • définir collectivement leurs 10 lieux publics favoris (pour déterminer ce qui les attire)
    • citer les 10 destinations majeures qui les amènent à fréquenter ou traverser cet endroit (pour analyser les usages)
    • proposer 10 améliorations à apporter au lieu (activités pouvant s'y dérouler, équipements…), etc.

    Cet exercice vise à développer l'intensité urbaine des lieux publics. Le concept : s'il y a beaucoup de choses à voir et à faire dans un même lieu, son attractivité et sa convivialité s'en trouvent renforcées. Ce qui est généralement l'objectif des pouvoir publics mais aussi des riverains notamment pour éviter d'avoir à gérer des espaces sous-utilisés, inesthétiques et confrontés à des problèmes de sécurité.

    2) Les timelapses : en filmant à intervalle très régulier le lieu à réaménager, PPS peut déceler certains dysfonctionnements. Par exemple à Times Square, les timelapses ont permis de prouver que les piétons étaient quasiment toujours en train d'attendre pour traverser, tandis que les voitures étaient presque toujours en circulation : PPS a donc préconisé de rallonger le feu rouge pour rééquilibrer l'usage du lieu entre piétons et automobilistes.

    3) Enquêtes de terrain et observation à différents moments : pour mieux connaître les usagers du lieu, leurs besoins et pratiques (ex : à Times Square, beaucoup d'usages se superposent avec entre autres : prendre des photos, téléphoner, discuter en groupe…).

    NYC Streets Renaissance : un premier pas vers la révolution piétonne

    Au-delà de ses missions d'accompagnement des projets, PPS est aussi une organisation qui milite depuis 30 ans pour un partage plus équilibré de la rue entre tous ses usagers (piétons, cyclistes, automobilistes, bus…).

    L'une de leurs actions majeures à ce titre s'intitule NYC Streets Renaissance, dont le slogan résume l'état d'esprit : "New York is a city best enjoyed on foot, yet we plan our streets for cars" (traduire : New York est une ville qui s'apprécie idéalement à pieds, mais bizarrement ses rues sont conçues pour les voitures).

    Cette initiative portée par des acteurs de terrain a fortement influencé la politique des transports de la Ville de New York en lui inspirant les changements qui se déroulent aujourd'hui.

    Depuis 2005, cette campagne multiplie en effet les actions pour :
    • Sensibiliser les New Yorkais à propos de l'impact des choix en matière de politique de transport sur la qualité de vie à New York
    • Promouvoir une meilleure répartition de l'espace public entre les voies routières et les besoins des quartiers
    • Stimuler le potentiel des New-Yorkais à réinventer leurs propres rues

    Le DOT de New York lui-même a reconnu la pertinence du travail de Project for Public Spaces et l'importance de son rôle de défricheur, en recrutant dès 2007 six membres de PPS. Parmi eux, Andy Wiley-Schwartz, qui était alors le responsable du programme Transport chez PPS, et qui est devenu le Directeur du projet NYC DOT PLAZAS. Le DOT souhaitait en effet bénéficier de leur expérience pour mener à bien les nombreux projets d'espaces publics sur lesquels Michael Bloomberg (Maire de New York) s'était engagé.

    [Retour haut de page]

    En savoir plus :

    • Site de Project for Public Spaces (en anglais)
    • A propos de la campagne NYC Streets Renaissance (en anglais)
    • A propos du programme DOT Plazas (en anglais)

    Notes

    1. Source : "Green Light for Midtown Evaluation Report", publication du DOT NYC, janvier 2010
    2. Source : "Green Light for Midtown Evaluation Report", publication du DOT NYC, janvier 2010
    3. Surnom de New York City
    4. Source : Times Square Alliance/Strategy One, “Times Square Pedestrian Plaza Audit.” (enquête d'opinion réalisée en 2007, avant travaux, puis en 2009, suite au réaménagement de Times Square)
    5. Source : "Green Light for Midtown Evaluation Report", publication du DOT NYC, janvier 2010
    6. Source : "Green Light for Midtown Evaluation Report", publication du DOT NYC, janvier 2010
    7. Idem note 2.
    8. Source : "Green Light for Midtown Evaluation Report", publication du DOT NYC
    9. Idem note 2.
    10. Suite au succès des projets Dumbo Plaza et Meatpacking Plaza, initiés par des groupes de citoyens (et avec l'aide de PPS pour Meatpacking).

    [Retour haut de page]

    22 commentaires

    1. Sylvain /

      A quand une PPS (Project for Paris Safety) chez nous ? Paris, tout comme l’absolue majorité des villes françaises, a besoin d’une révolution dans la manière d’offrir son espace public aux voitures / aux piétons / aux cyclistes / aux transports en commun….
      Je rêve d’un espace piétonnier en bas de chez nous. Build it In My BackYard SVP !

    A vous la parole !